top of page

Mairie de Sainte-Colombe

(Seine-et-Marne)

Client :

Commune de Seine-et-Marne, située dans le canton de Provins et le ressort de la Communauté de communes du Provinois, la ville de Sainte-Colombe compte environ 1820 habitants. 

Commande :

Rédaction de discours. 

Travail de l'agence :

Commémoration de l'Armistice du  11 novembre 1918 (2021)

(Extrait)

Le 11 novembre 1918, à 5h15 du matin, à bord du wagon-restaurant 2419D stationné dans la forêt de Compiègne, à proximité du village de Rethondes, l’Armistice vient d’être signé. Après quatre années d’une guerre barbare, l’horizon paraît, enfin, s’éclaircir. C’était il y a 103 ans, jour pour jour.

Sur tous les fronts, dans toutes les tranchées, ce « cessez-le-feu » fait, subitement, taire le bruit meurtrier des canons, pour laisser place à la clameur heureuse des soldats. Une liesse, rapidement, transformée en mouvement populaire, lorsqu’à 11 heures les cloches sonnent l’interruption des combats. Depuis quatre ans, quelle que soit leur nationalité, tous attendaient ce jour.

Bien sûr, cet armistice ne signifie pas la fin de la guerre, mais il impose, sur le champ, une suspension des combats pour une durée de 36 jours. 36 jours, seulement. Et après ?

Inauguration d'une infrastructure de stationnement multimodale aux abords de la gare RER

(Extrait)

De façon un peu triviale, j’aurais envie de dire : « quel changement ! ».

Les Saint-Colombinoises et Saint-Colombinois, mais aussi celles et ceux ayant déjà fréquenté ce site, ne me contrediront pas, j’en suis sûr. Ce qui était, hier, un espace de stationnement un peu anarchique, laisse place, aujourd’hui, à un parking aménagé et pensé, désormais, pour l’accueil de différents modes de déplacements:

  • la voiture, bien sûr,

  • la moto, avec des emplacements spécifiquement dédiés,

  • et surtout – innovation de ce projet – la création de box à vélo, car loin d’être seulement l’apanage des grandes villes, le vélo, constitue, même dans nos territoires ruraux, un moyen de transport plébiscité. Néanmoins, parce qu’il n’est pas forcément pratique de prendre le train avec son vélo, il devenait indispensable de pouvoir trouver en gare ou à proximité directe de celle-ci, une solution pour le stationner en toute sécurité. C’est désormais le cas, à Sainte-Colombe.

Eloge funèbre

(Extrait)

 Aujourd’hui, Saint-Colombe est en deuil.

 XXXXXXX nous a quittés. Trop vite. Trop tôt.

Ce matin, nous sommes toutes et tous réunis en ce lieu, dans la même peine, pour rendre hommage à une femme courageuse et une amie dévouée.

C’est avec beaucoup d’émotion que je suis conduit à évoquer sa mémoire.

Les mots paraissent toujours bien dérisoires face à l’épreuve de la peine. Ils n’ont, malheureusement, pas le pouvoir d’apaiser, mais ils ont celui d’exprimer notre émotion. Nous mesurons l’épreuve que la disparition de XXXXXXXX est pour sa famille et ses proches, car elle l’est, également, pour nous.  

Anniversaire de la première Centenaire de la commune

(Extrait)

Ce 12 février 2022 restera pour vous, pour vos proches, mais également pour Sainte-Colombe, une date à marquer d’une pierre blanche. Je sais que la bienséance, en temps ordinaire, exige de tout un chacun, et peut-être plus spécialement de la gente masculine, que l’on s’abstienne de demander ou d’évoquer l’âge d’une femme.

Habituellement, j’essaie de m’astreindre au maximum à respecter ce précepte. Malheureusement … aujourd’hui … je crains que cette tâche ne me soit difficile. Aussi, par avance, vous voudrez bien me pardonner ce manquement.

Car, ce jour, nous célébrons votre anniversaire. Comme l’année dernière pourriez-vous me rétorquer. Certes, mais celui-ci est, comme je le disais il y a quelques minutes, à marquer d’une pierre blanche. Par politesse cependant, chère Simone, je tairai votre date de naissance et je me contenterai juste d’indiquer que nous fêtons vos 100 ans.

Commémoration du 77ème anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945

(Extrait)

« La guerre est gagnée. Voici la Victoire. C’est la victoire des nations unies et c’est la victoire de la France. L’ennemi allemand vient de capituler devant les armées alliées de l’Ouest et de l’Est. »

Ces mots furent ceux prononcés par le Général de Gaulle, le 8 mai 1945 à 15 heures, en ouverture de son allocution radiophonique. Des paroles libératrices célébrant la fin d’un terrible calvaire ayant duré six longues années. Sur le continent européen, après tant d’horreurs vécues, le bruit des armes cesse, enfin. Toutefois, la capitulation de l’Allemagne nazie n’entraîne pas pour autant la fin de la Deuxième Guerre mondiale. En effet, en Asie et dans le Pacifique, les populations devront encore endurer les combats jusqu’au 2 septembre 1945, et la reddition du Japon, avant de pouvoir retrouver leur liberté.

En ce 8 mai 1945, en France et en Europe, on ose, enfin, penser à demain et rêver à un avenir plus radieux. Les destructions, les camps de la mort et les abominations des combats ont fracturé les sociétés et mis à l’épreuve les démocraties. Contrairement à ce qu’en disait le nazisme, elles ont résisté. Mieux. Elles ont vaincu ! 

Cérémonie de remise des médailles du travail

(Extrait)

En 1637, sous la plume de Corneille, le personnage du Cid se plaisait à dire que la valeur n’attendait pas le nombre des années. Ne lui en déplaise et sans vouloir vexer la jeunesse, les dites années ont, tout de même, un grand avantage. Elles seules permettent à chacun d’entre nous de développer ses talents et de se forger une expérience professionnelle solide. Et cela, la République l’a bien compris ! Ce n’est donc pas un hasard, si en 1948, elle inscrit dans ses traditions la présente cérémonie qui nous réunit ce jour, afin de, je cite le texte de loi, « récompenser l’ancienneté et la qualité des services effectués en tant que salarié ». Cette distinction, certes honorifique, n’en contient pas moins une portée symbolique forte. En effet, à travers elle, c’est, bien évidemment, un parcours personnel, une carrière de 20, 30 ou 35 ans, selon le grade atteint, qui est mis en lumière, mais aussi un engagement au service de l’intérêt général.

Commémoration de l'Armistice du  11 novembre 1918 (2022)

(Extrait)

Quelle émotion étreignait nos cœurs ! Dans cette salle où, le 4 août 1914, M. Viviani avait annoncé la déclaration de guerre de l’Allemagne, M. Clémenceau venait annoncer la victoire de la France ». En ce mardi 12 novembre 1918, choisissant de faire le récit de l’intervention du Père La Victoire à la Chambre des députés, c’est par ces mots qu’un journaliste ouvre la Une d’un des plus importants tirages de la presse nationale d’alors. Si ces paroles sonnent comme un triomphe, elles paraissent, également, vouloir se convaincre que l’inespéré est là : après quatre interminables années de souffrance, les combats viennent, enfin, de cesser !

Cérémonie des vœux à la population

(Extrait)

Après deux années d’absence en raison des restrictions dues à l’épidémie de COVID, quel plaisir de nous retrouver, ici ce soir, dans notre salle des fêtes pour cette cérémonie de vœux. Véritable tradition du début d’année, elle constitue un moment privilégié de convivialité dans la vie d’une commune. Cette soirée a, par conséquent, quelque chose d’exceptionnel, car elle permet de renouer avec cette belle habitude et, pour vous, de profiter, à nouveau, de ma traditionnelle – et attendue, j’en suis persuadé – allocution.

Chaque année est marquée par des événements heureux ou malheureux, des douleurs et des bonheurs, ressentis personnellement ou collectivement. Cette cérémonie est l'occasion de nous souhaiter l'énergie, la force et l'enthousiasme nécessaires pour transformer nos vœux en réalités.

bottom of page